Le blog de Christine Ontivero

  • Accueil
    Accueil C'est ici que vous pouvez trouver tous les articles posté sur le site.
  • Archives
    Archives Contient une liste d'articles du blog qui ont été créés précédemment.

ETONNANTE RENCONTRE

Le hasard n'existe pas. J'en suis persuadée depuis longtemps. Ce matin, en rentrant en train de Sète, à l'issue d'une merveilleuse soirée passée  au Théâtre de la mer - concert de Jamie Cullum - à l'invitation de Vignobles Jeanjean, je choisis de m'installer (non sans avoir cherché une meilleure place) dans le compartiment où se trouvait une jeune femme qui dormait, occupant, de toute sa longueur, les trois sièges. Je me suis assise en face d'elle. Elle dormait profondément. Vêtue d'un jupon en dentelle blanc, de collants rouges sans pieds  (quand on est branché, on dit leggings mais comme je lutte contre l'envahissement de la langue "so british"...), un gros sac de voyage à ses pieds, quelques percings, mais sans trop... ma présence ne l'avait pas le moins du monde dérangée. Dix minutes avant l'arrivée à Perpignan, elle ouvre les yeux, me demande l'heure (devinez, oui en anglais !). Je lui réponds dans mon "english" approximatif et... jusqu'à mon arrivée en gare de Perpignan, nous avons parlé. A ma grande surprise, je comprenais tout ce qu'elle me disait. Spontanément, elle m'explique sa manière de voir la vie qui correspond pile poil à ce que je tente de mettre en pratique depuis que je traverse des moments particulièrement difficiles : remercier l'univers pour la beauté de la vie, se lever avec le sourire, vivre dans la joie, rire, ne pas s'appesantir sur ce qui fait mal... Cela s'appelle la loi d'attraction : le positif, attire le positif ! J'étais bouleversée. Elle était Turque, avait un billet de train pour Port bou mais souhaitait se rendre au Portugal. Elle arrivait du festival d'Avignon où elle avait festoyé pendant 2 jours et m'expliquait qu'elle trouvait toujours sur son chemin des gens pour lui offrir le gîte et parfois le couvert. Quand elle n'a plus d'argent en poche, elle fait des petits boulots. Nos chemins se sont séparés dans le Centre du Monde. Je lui ai offert le coussin qu'on avait mis à ma disposition hier soir pour le confort de mes petites fesses durant le concert : "Vignobles Jeanjean, secrets du Languedoc".

Elle a répété ces mots "secrets du Languedoc" avec émerveillement, m'a remerciée et embrassée. Je suis repartie, le coeur léger, en me disant que si l'Univers avait placé cette personne lumineuse sur mon chemin, c'était pour me faire comprendre que je ne devais plus être triste. Et en relisant ce que je viens d'écrire, je pleure, mais… cette fois, de joie !

Merci la vie, merci l'Univers. Merci l'inconnue du train N° 76405.

 

Commentaires

  • Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter

Commenter cet article

Invité mercredi, 23 août 2017



Calendrier

Loading ...

Archives

Articles